samedi 6 janvier 2018

Ma position sur le droit à l'avortement.



Au cours de la 121ème session du comité des droits de l'homme des Nations-Unies, et dans la discussion générale du paragraphe 9 du projet d'Observation générale n° 36 sur l'article 6 (droit à la vie) du Pacte sur les droits civils et politiques, je suis intervenu dans le débat le 2 novembre 2017 en séance plénière. Cette intervention qui concernait la question de l'avortement, dans son rapport au droit à la vie, a été mal comprise et a déclenché une polémique. Pour éviter les malentendus, je voudrais apporter les éclaircissements suivants.
Ma position se résume comme suit :
1)    Dénoncer les législations très restrictives du droit à l’avortement
Il est vrai que le droit à l’avortement suscite des questions d’ordre religieux, philosophique, juridique, éthique, sur lesquels nous pouvons diverger, en fonction des convictions de chacun. Mais je considère que le droit à l’avortement a constitué un acquis important pour les  femmes, en leur permettant de ne pas subir des grossesses non désirées, pour des raisons très différentes et variables telles que le viol, l'inceste, les malformations fœtales, la précarité, le jeune âge. Certaines législations nationales pénalisent, aujourd’hui encore, l’avortement ou le soumettent à des conditions très restrictives, voire draconiennes.
Avec d'autres collègues du comité, j'ai critiqué ces législations qui mettent en danger la vie des femmes et les poussent à pratiquer des avortements clandestins non sécurisés, qui mettent en danger leur santé ou leur vie ou encore les obligent à s'expatrier pour procéder, à un avortement. D'après l'OMS, 25 millions d'avortements à risque sont pratiqués annuellement dans le monde et 4,7% à 13,2% des décès maternels peuvent être attribués à un avortement non sécurisé[1].
2)   Appeler les États à dépénaliser l’avortement et à offrir aux femmes un encadrement sécurisé de l’avortement
 Pour les raisons mentionnées, j'ai appelé les États à dépénaliser l'avortement, et  garantir aux femmes un cadre sécurisé pour le pratiquer, particulièrement dans un certains nombres de cas, parmi lesquels le viol, l'inceste, ou la malformation. C’est dans ce cadre que j’ai pu donner l’exemple de la trisomie.
Tout en exprimant mon profond respect aux personnes porteuses de trisomie, notamment la trisomie  21, et à leur famille, et mon soutien à leur combat, je rappellerai que la plupart des femmes qui ont, au cours de leur grossesse, connaissance de la maladie, optent pour l’avortement (95% des femmes en France par exemple).
3) Donner le libre choix à la mère ou aux parents
Dans cette intervention, je n'ai jamais affirmé, comme le prétendent certains, qu'il fallait encourager l'élimination préventive des fœtus porteurs de maladies, d’anomalies ou de malformations. Cela reviendrait à admettre l'eugénisme qui est une attitude monstrueuse.
À mon avis, c'est une décision qui relève de la responsabilité de la mère seule ou des parents de l'enfant à naitre. Si ces derniers décident d'assumer, en toute conscience, les obligations et contraintes de toutes sortes pour eux-mêmes et pour l'enfant à naître, je considère que cette décision mérite le respect et même l'admiration, si elle est effectivement assumée. De merveilleuses histoires d'amour et d'humanisme peuvent se construire sur cette toile. Nombreux sont les parents qui assurent que leur enfant trisomique leur a donné une véritable leçon de vie et une vision différente du monde.
Je défends uniquement le droit de la mère ou des deux parents dans un contexte familial, de décider librement de leur choix. Les grands progrès réalisés par la médecine prénatale, et surtout le diagnostic de certaines maladies, doivent guider la mère ou les parents dans l’exercice de ce choix.
       Afin de répondre aux critiques qui m’ont injustement été adressées, je voudrais insister sur le fait que ma position ne consiste nullement à pousser les États ou les personnes à pratiquer des avortements préventifs d'élimination des embryons ou fœtus porteurs de maladies, mais à encourager les États à dépénaliser l'avortement tout d'abord et à ouvrir ensuite les possibilités de recourir à un avortement sécurisé, tout en le soumettant à certaines conditions qui tiennent  notamment compte de l'état d'avancement de la gestation. Par là, je n'ai fait que rejoindre la jurisprudence du comité des droits de l'Homme, aussi bien dans ses observations finales sur les rapports périodiques de certains États que dans des affaires contentieuses[2].
L'exploitation idéologique de mon intervention est à la fois erronée, injustifiée et injuste. Elle cherche par les moyens classiques de la propagande à créer un climat émotionnel favorable à certaines croyances philosophiques ou religieuses que je réprouve, parce qu'elles sont précisément hostiles, dans leur principe même, aux droits de l'Homme. Ceux qui accusent mes collègues et moi même en particulier de soutenir "la culture de la mort" ne savent pas ce qu'ils disent. Leur attitude remet en cause l’intérêt du dépistage et du diagnostic prénatal de certaines maladies et malformations. Elle est tout simplement à contre courant du progrès scientifique.  Pour des raisons qui leur sont propres, ils ont extrait une partie de mon intervention de son contexte général, pour en donner une interprétation qui n'est pas la mienne. Je regrette que ce   malentendu ait atteint le sentiment de certaines personnes ou leurs familles et je regrette de les avoir involontairement blessés. Je tiens à exprimer mes excuses aux personnes que j’ai pu heurter et à saluer leur combat, et celui de leurs familles.
Mais, vis à vis de certains partisans extrémistes des  droits de dieu, je réaffirme mon droit, en tant que défenseur des droits de l'Homme, de défendre les droits des femmes et leur autonomie.


[1] http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs388/fr/
[2] On peut citer deux affaires importantes, Amanda Mellet c. Irlande du 31 mars 2016 et Whelan c. Irlande du 17 mars 2017.

13 commentaires:

  1. Difficile de comprendre comment votre prise de position a pu créer une polémique. A moins que les représentants du Moyen-Age religieux tentent encore et toujours d'imposer leurs conceptions rétrogrades à autrui ! Au mépris des femmes concernées qui doivent décider librement et par elles-mêmes. Comme vous l'écrivez si justement. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est amusant de voir que ceux qui ne pensent pas comme vous sont bien sûr du moyen âge, rétrogrades et méprisants...
      C'est tellement plus simple que de devoir leur opposer des arguments et d'essayer de les comprendre.

      Supprimer
    2. Demandez donc aux 95% de femmes qui avortent en cas de dépistage de trisomie 21, si elles ont été en mesure de décider librement et par elles-mêmes. Ou bien si elles n'y ont pas été poussées par l'ensemble du corps médical et de leur entourage porté par un "altruisme" de mauvais aloi.
      Et ensuite essayez d'ouvrir les yeux honnêtement sur le Moyen Age, qui a rien moins qu'édifié l'Europe en l'extirpant de la barbarie.

      Supprimer
    3. Absurdité que cet argument ! Chacun est libre de son opinion (aussi rétrograde soit elle aux yeux des autres) n'est ce pas le principe même de la démocratie ?
      Apprenez à écouter et à partager vos idées plutôt qu'à vous enfermer dans une bulle..

      Supprimer
    4. les représentants du Moyen-Age / imposer leurs conceptions rétrogrades à autrui / mépris des femmes concernées... Bel exemple de dialogue !? Et si M. de Seelisberg commençait par identifier les points de désaccord plutôt que de lancer des jugements sur ses contradicteurs ? Peut-être se sentirait-il mieux ? On lui souhaite donc de se calmer. Courage...

      Supprimer
  2. Autoriser l'avortement pour des raisons de malformations fœtales (trisomie en tête) est ni plus, ni moins que de l'eugénisme dont la définition est "l’ensemble des méthodes et pratiques visant à améliorer le patrimoine génétique de l’espèce humaine". On peut être d'accord avec ce principe ou non, mais cessez de faire un distinguo qui n'en est pas un et d'entretenir le doute sur vos intentions profondes.
    Merci

    RépondreSupprimer
  3. La dépénalisation de l'avortement, comme l'explique très bien Monsieur Ben Achour, avait comme objectif premier de diminuer les conséquences sanitaires d'une pratique clandestine déjà répandue. Par un raccourci éthique peu justifié, un certain courant dit "progressiste" en a déduit qu'il consacrait la primauté du droit de la femme "à disposer de son corps" sur le droit de la vie à naître qu'elle porte. Cette position éthique est cependant difficile à justifier et peut facilement être démontée dans le cas présent par un raisonnement par l'absurde: expliquez-moi la différence sur le plan éthique entre un avortement suite à un diagnostic pré-natal et une euthanasie post-natale suite à la constatation d'un handicap à la naissance?

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Hélas "monsieur" vous oubliez les droits des plus faibles. Vous avez plein la bouche des droits de l'homme mais qui dit droit dit également devoir, à savoir le devoir de défendre les plus faibles et cela vous semblez hélas l'oublier.

    RépondreSupprimer
  6. Mais... si vous êtes expert, vous devez sans doute réfléchir aux définitions des mots que vous employez ? Où commence donc l'eugénisme ? Faut-il qu'on élimine 100% d'une population cible ? 99% suffiront-tils ? Si c'est 95%, cela cesse-t-il d'être un eugénisme ? Vous proposez simplement d'ôter la responsabilité de l'eugénisme à l'Etat, et de la remettre aux individus, au nom d'une soi-disant liberté, à laquelle vous tenez. Car n'est-il pas évident que la décision d'avorter, du moment qu'elle n'est motivée par aucune autre raison que la trisomie du bébé à naître, est de nature eugénique ?

    RépondreSupprimer
  7. Cher monsieur,

    Tout d'abord, merci beaucoup d'avoir pris le temps de nous répondre en apportant quelques éclaircissements.

    Je vous rejoins tout à fait sur le fait qu'il faut préserver la santé des femmes, mais ne vaudrait-il pas mieux les responsabiliser et apprendre les hommes à mieux les respecter ? Quand on voit avec quelle facilité les images pornographiques circulent sur Internet, avec quelle fréquence la publicité utilise des images de femmes dénudées, on comprend mieux pourquoi il y a autant de sexisme, de harcèlement sexuel et de viols.

    Pour revenir sur la question de l'avortement et de l'eugénisme, une grossesse inattendue ou un handicap peuvent bien évidemment faire peur, même en cas de rapport sexuel consenti, notamment dans les sociétés où avoir un enfant hors mariage est vu comme une honte. Mais ne faudrait-il pas plutôt aider ces femmes en détresse en leur proposant autre chose qu'un avortement certes effectué dans de bonnes conditions sanitaires, mais qui laissera souvent une trace indélébile sur leur psychisme, voire leur système reproductif ?

    Il paraît qu'il existe, aux Etats-Unis, des internats où les jeunes femmes qui tombent enceintes sans le vouloir peuvent mener à terme leur grossesse, sans que leur entourage en soit nécessairement informé. Après l'accouchement, elles peuvent soit décider de s'occuper de leur enfant, soit le confier à une autre famille, qui l'adoptera.

    En France comme dans d'autres pays, de très nombreuses familles qui n'arrivent pas à procréer attendent parfois dix ans avant de pouvoir adopter, car de plus en plus d'enfants sont avortés dans les pays du Tiers-Monde. Je connais même plusieurs familles qui ont fait le choix d'adopter des enfants porteurs de handicaps.

    Ayant vécu plusieurs expériences auprès de personnes handicapées, je peux vous assurer qu'elles ne sont pas plus malheureuses que nous et qu'elles sont loin d'être inutiles. Elles peuvent même nous apporter de nombreuses choses, de nombreuses valeurs que nos sociétés sécularisées ont oubliées. À ce titre, je vous invite vous aussi à lire mon témoignage sur mon blog : https://deliresdelinguiste.blogspot.com/2017/03/que-peuvent-nous-apporter-les-personnes.html

    Merci de votre attention,
    Bien cordialement,

    Pierre Jeanson

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre belle réponse respectueuse et pleine d'humanité

      Supprimer
  8. Don’t allow fascist Ben Achour to lie to you. He said in his UN speech before he was stopped and reminded he was being recorded, “Women should be made/forced to abort a fetus with Down’s syndrome”. Ben Achour is a well known anti-semite and he is definitely pro eugenics. He’s no expert either unless eugenics is his area of expertise. He didn’t even know Down’s syndrome is called Trisomique in French. Remove this vile old man from the UN. He’s an ignorant hateful creature that should be eradicated.

    https://m.youtube.com/watch?v=LPeAvDvWvHo&feature=youtu.be

    RépondreSupprimer